•  

    BONSOIR..la rando pour nous c'est toute notre vie et cela depuis biien longtemps...regardez..Mickaèl l'année dernière...en 1987 c'était Christel a l'age de 6 ans dans la Vanoise...Cliquez sur la photo pour la voir en grand...

    se retrouver dans la nature c'est toute notre vie ou presque...bonne soirée amitiés YVETTE

     

    Mickaél a l'age  de 5 ans

     


    5 commentaires
  • la rando de mon "homme" de ce jour au Néoulous....ils étaient 10 et il faisait super beau malgré un peu de vent...

    amitiés a vous YVETTE

     

     

      

    Point culminant (1200 mètres et quelq...

    Point culminant (1200 mètres et quelques) des Albères, chaine montagneuse dominant le Roussillon, le Pic Néoulous se gagne au prix d'une randonnée courte mais intense.

    Le sentier démarre depuis le centre du village de Laroque des Albères. Lorsqu'on quitte le village, on s'engage dans une foret que l'on ne quittera plus jusqu'au sommet. Lors de l'ascension, une petite bifurcation vous fera découvrir un dolmen (un dolmen à 900 mètres d'altitude...L'Homme est étonnant).
    Peu avant le sommet, une petite source vous permettra de vous désaltérer.
    Une tour rectangulaire en pierre plate marque le sommet. De là le Roussillon paraît aussi plat que le pays de Jacques Brel. Vous vous rendrez compte également de l'important dénivellé que vous avez parcouru en voyant le village de départ. Sensation de vertige.
    Côté espagnol (puisque le pic se situe sur le tracé de la frontière), on peut apercevoir le château de Requesens et la baie de Roses.

    En contrebas, subsiste un ancien puits de glace (pou de gel, en local) qui servait à approvisionner la plaine en glaçons et à rafraîchir ceux qui montaient les rochers du dolmens.

     

     


    4 commentaires
  • coucou..pour vous 

    Je n'accède que difficilement sur l'ordi...mais demain celà devrait aller mieux avec un nouvel ordi...photos prises par mon "homme" lors de sa dernière ascension au Canigou..j'espère reprendre vite les randos même si ce ne sont pas des grandes...je me contenterai de plus petites...j'aime tant la nature qui m'apporte paix et silence...

    bonne journée..amitiés YVETTE


    5 commentaires
  • coucou..c'est l'automne sur le calendrier, un peu dans mon coeur aussi... photo prise sur internet...quelles belles couleurs n'est-ce pas?  Amitiés et excusez moi si je ne suis pas très présente  ..YVETTE

     

    Chanson d'automne

    Les sanglots longs
    Des violons
    De l'automne
    Blessent mon coeur
    D'une langueur
    Monotone.

    Tout suffocant
    Et blême, quand
    Sonne l'heure,
    Je me souviens
    Des jours anciens
    Et je pleure

    Et je m'en vais
    Au vent mauvais
    Qui m'emporte
    Deçà, delà,
    Pareil à la
    Feuille morte.


    10 commentaires
  • Bonsoir, un article court mais bon  je vais essayer de le paser....mon"homme" était en rando sur la commune de Maureillas ...quelques photos de sa rando..dont ce magnifique chêne liège...

    Le chêne-liège (Quercus Suber) est un arbre unique en son genre car son écorce, le liège, se régénère une fois extraite. Ainsi on ne coupe pas les chênes pour récolter le liège, seule l’écorce est prélevée au plus tôt tous les 9 ans. 

    Le chêne-liège (Quercus Suber) est un arbre unique en son genre car son écorce, le liège, se régénère une fois extraite. Ainsi on ne coupe pas les chênes pour récolter le liège, seule l’écorce est prélevée au plus tôt tous les 9 ans.

    La levée ou l'écorçage

    La récolte du liège reste très artisanale. C'est un processus ancestral qui ne peut être effectué que par de hommes « les leveurs de liège » ayant un grand savoir faire et une expérience certaine. Elle s'effectue avec des outils rudimentaires (haches spéciales). Cette opération est en effet très délicate et  s’effectue au moment de la phase active de croissance pour ne pas blesser l'arbre. Le  risque étant d 'endommager la couche mère en frappant jusqu'au bois et ainsi de sectionner les vaisseaux conducteurs de sève, ce qui pourrait aller jusqu’à tuer l’arbre.

    Le liège se récolte de la fin du printemps et pendant l'été ( entre mai en août), tous les 9 ans minimum lorsque l’arbre est adulte. La durée de vie moyenne du chêne-liège est de l’ordre de 150 ans, soit environ 12 à 15 levées par arbre.

    Le premier écorçage ou « démasclage », ne peut être pratiqué que lorsque le chêne-liège a atteint 20 à 25 ans (tronc d'une circonférence proche de 70 centimètres à 1,30 mètres du sol). Ce premier liège d’une structure très irrégulière et d’une dureté qui le rend difficile à travailler est appelé "liège mâle". Il sera utilisé à des fins autres que les bouchons (sols, isolations, etc.) puisque il est  loin de présenter la qualité nécessaire à cet usage.

    Lors du deuxième écorçage, on obtient un matériau d’une structure régulière, moins dur, mais encore impropre à la fabrication de bouchons que l’on appelle liège de première reproduction.

    Ce n’est qu’au troisième écorçage et aux suivants que l’on obtient un liège aux propriétés adaptées à la production de bouchons de qualité. C’est ce que l’on appelle le "liège femelle". A partir de ce moment, le chêne-liège fournira, tous les neuf ans minimum, un liège de qualité "bouchonnable". Une partie seulement du liège levé est susceptible de donner des bouchons. Le reste sert à fabriquer des produits pour l'isolation et intervient dans des secteurs très variés tels que la fabrication de chaussures, la décoration, l’ameublement et même dans le domaine de l'aérospatial.

                                                    bonne soirée amitiés YVETTE


    6 commentaires